Actualité Sabella D10 : Le câble sous-marin est posé

La construction des éléments

L’assemblage à Brest

Le baptême

La mise à l’eau devant Ouessant

Le câble sous-marin est posé

SABELLA prépare l’arrivée de l’énergie hydrolienne depuis plusieurs semaines

Les premiers travaux d’enfouissement en long de voirie d’un câble électrique entre le site de Pors Arlan au sud de l’île d’Ouessant, où arrive le câble sous-marin de la future hydrolienne, et le poste source EDF, ont été réalisés par les équipes d’ERDF il y a près d’un mois. 

Plus récemment, des travaux de terrassement ont été effectués sur les hauteurs de la plage de Pors Arlan pour y installer jeudi 28 mai un conteneur servant à collecter et redistribuer le courant produit par l’hydrolienne. Ce conteneur servira également de centrale de contrôle de l’hydrolienne Sabella D10. 

Ce poste de commande, relié directement à l’hydrolienne permettra aux techniciens de la piloter et de récupérer ses données de fonctionnement par l’intermédiaire des fibres optiques présentes dans le câble sous-marin. Ils pourront gérer la vitesse de rotation, la mettre en marche ou l’arrêter. L’état de santé de la mécanique et de l’électronique pourra également être consulté grâce à une batterie de capteurs internes vérifiant la tension électrique, la pression hydraulique, la température interne, etc.

Grâce à une instrumentation spécifique disposée sur la machine, le poste de pilotage servira en outre à collecter toutes les données environnementales autour de l’hydrolienne. Il sera alors possible d’observer la vitesse des courants marins, l’émergence acoustique que pourrait induire l’hydrolienne, mais aussi d’étudier directement le comportement de la faune aquatique grâce aux différentes caméras disposées sur l’embase, ainsi que le développement des concrétions marines.

Cet ensemble de données collectées permettra au personnel de SABELLA d’analyser finement les performances de l’hydrolienne ainsi que son impact environnemental.


La pose du câble sous-marin, une opération complexe 

Les préparatifs de l’opération ont débuté le samedi 23 mai. Les équipes de SABELLA, de BOURBON OFFSHORE SURF (Armateur de l’Argonaute) et de ADS (société de dockers de Brest) se sont alors occupées de charger l’ensemble des équipements nécessaires, dont le câble de 30 tonnes pour deux kilomètres de long, sur le navire Argonaute. Ce navire de soutien et d’avitaillement, affrété par la marine nationale, de 69 mètres de long et 15 mètres de large, est généralement utilisé pour les missions de l’État en mer (dépollution, remorquage relevage d’ancres, etc.).

L’équipe de SABELLA a également profité de cette journée pour réaliser des derniers tests, notamment une vérification de l’intégrité du câble pour s’assurer de son bon fonctionnement.

Le navire a ensuite appareillé dimanche après-midi pour des essais de validation du positionnement dynamique dans les courants du Fromveur, puis a débuté la pose du câble le lundi 25 mai dès 6h du matin. L’opération s’est terminée le mardi 26 mai dans la matinée.

Ces dates n’ont pas été choisies par hasard. Pour poser ce câble dans les meilleures conditions possibles il fallait rencontrer trois conditions météorologiques spécifiques, difficiles à obtenir simultanément. Tout d’abord il était nécessaire d’avoir un faible coefficient de marée pour éviter les forts courants de ce site. Ensuite les conditions de vent et de houle ont été surveillées pour permettre le travail des plongeurs d’une part et le positionnement précis du navire pour déposer ce câble dans un corridor étroit.


Le déroulement de la pose du câble

Dimanche après-midi, des tests de positionnement dynamique du navire ont été effectués sur la zone. Ceux-ci ont permis de valider la possibilité pour le navire de tenir sa position sur la zone. Les différents équipements présents à bord, tels que le système de positionnement ou encore le robot sous-marin, ont également été testés.

Lundi matin, l’Argonaute s’est positionné à 300 mètres de la côte ouessantine. L’opération dite d’atterrage pouvait commencer. Elle a consisté à tirer le câble en flottaison depuis le navire jusqu’à la plage en utilisant un câble « messager » apporté de l’Argonaute à la plage par un navire plus petit, opéré par Iroise Mer. Un engin de chantier a hâlé le câble jusqu’en haut de la plage à l’endroit où prendra place le conteneur de pilotage de l’hydrolienne.

Dans un premier temps, pour stabiliser et maintenir le câble en place, l’équipe présente sur l’Argonaute a disposé près de 16 tonnes de lest sous forme de coquilles de fonte sur 200 mètres de câble. Cette partie lestée et immergée se situe aujourd’hui entre la digue et le large.

Pour réaliser cette opération, l’équipe a dû fixer 300 bouées au câble pour qu’il puisse flotter et ainsi être plus facilement tracté. 

Une équipe de scaphandriers de Scaph’Eusa, entreprise ouessantine, a ensuite largué les bouées une par une, permettant au câble de couler sur le fond. Cette même équipe s’est ensuite occupée mardi d’enfouir la partie du câble immergée dans le sable sur 300 mètres. Cette opération d’ensouillage a été réalisée par les scaphandriers en creusant une tranchée à l’aide de puissants jets d’eau. 

La partie émergée du câble sur la plage a quant à elle été disposée et sera enterrée très prochainement de manière à ne pas gêner et ne pas dénaturer le paysage.  
L’atterrage étant stabilisé, l’Argonaute a pu profiter d’une étale de marée dans la soirée pour débuter la partie de la pose courante du câble sur un kilomètre.


Mardi 26 mai aux premières heures, la pose courante du dernier kilomètre a pu reprendre et s’achever par l’abandon du connecteur étanche d’extrémité à 07h02 à proximité du futur lieu de pose de l’hydrolienne.

Des balises acoustiques régulièrement mises en place sur le câble ont permis aux techniciens de s’assurer du respect de la route de câble prédéterminée.

À l’extrémité du câble était installé un demi-connecteur, sorte de grosse prise sous-marine qui permettra de relier le câble à une bretelle de câble située à la sortie de l’hydrolienne. Ce connecteur a été mis à l’eau en utilisant les treuils de l’Argonaute. Des balises positionnées à cette extrémité du câble permettront dans quelques semaines à un robot sous-marin de venir récupérer le connecteur afin de le brancher à l’hydrolienne.

Des tests électriques et optiques ont ensuite été effectués pour s’assurer du bon état du câble.
Le câble étant immergé jusqu’à 55 mètres de profondeur, un robot ROV, petit véhicule sous-marin muni de caméras, a permis d’effectuer un contrôle visuel de l’ensemble du câble posé au fond et de s’assurer de sa parfaite intégrité et de son bon positionnement. Les coordonnées précises de ce câble seront indiquées sur les cartes marines.


La prochaine étape

La pose du câble étant terminée, toute la logistique est en place pour réceptionner l’énergie électrique qui sera produite par l’hydrolienne Sabella D10.

L’opération finale d’immersion de Sabella D10 aura lieu durant la dernière quinzaine de juin. L’hydrolienne sera amenée au-dessus de son lieu de pose, raccordée au câble électrique depuis le navire de travail, puis immergée.


Retrouvez les images des opérations sur :
http://www.sabella.bzh/galery.php

chaine youtube
SOMMAIRE

Suivez l'hydrolienne Sabella D10
Informations pratiques
SABELLA SAS
11, rue Félix Le Dantec
29000 QUIMPER, FRANCE
Tél. : 02 98 10 12 35
E-mail : contact@sabella.bzh
site web : http://www.sabella.bzh